VEF Blog

Titre du blog : Nos P'tites Etoiles
Auteur : Anges
Date de création : 08-05-2009
 
posté le 01-05-2010 à 02:32:58

Joyeux anniversaire mon Ange : tu aurais 5 ans !

Mon Ange,

 

 

Malgré cette distance qui nous sépare, malgré cette Absence si lourde, je viens te souhaiter une Joyeux Anniversaire.

 

Ici le temps continue d'avancer, un nouveau tour de calendrier vient mettre en suspens notre vie pour une journée. La mémoire fait son travail, les souvenirs ressurgissent, la nostalgie me gagne, la douleur m'envahit.

Parce qu'à la magie de cette naissance vient se mêler la perte, le vide, ce deuil immense dans lequel je m'égards encore souvent.

 

 

Pourquoi tu n'es pas là, juste à côté de nous, souriant devant ton gâteau ? Pourquoi tu n'es pas dans nos bras, serrer tout contre nous pour ouvrir tes cadeaux ? Pourquoi, pourquoi, pourquoi ?

Pourquoi cette douleur se ravive sans merci et nous replonge des années en arrières ?

 

 

Oui la naissance était magique, te rencontrer et te découvrir pour la première fois est un moment intense que je n'oublierai jamais, qui est gravé en moi et qui anime encore souvent cette fierté d'être ta maman... Mais c'est si peu de choses face à cette absence, face à ce silence qui me pèse et qui me bouffe... Ces dates anniversaires je n'arrive pas à m'y faire. J'essaie mais je tombe toujours plus bas. Je voudrais que ce soit différent mais je n'y arrive pas.

 

 

J'aimerais reprendre le flambeau et être cette épaule solide sur laquelle pourrait se reposer ton papa, être cette béquille de soutien qu'il a été pour moi. Mais c'est encore si dur de se tenir bien droit pour affronter ces dates sans vaciller. Je pense souvent y arriver, mais une fois que cette date s'affiche face à moi je ne suis plus rien, la douleur revient, la tristesse s'invite et mes volontés s'écroulent !

 

 

Je t'aime sans mesure, c'est sans doute ce qui

me tient sur terre. Je déteste devoir connaître cette vie de l'après, cette vie où des phrases toues faites nous assaillent chaque jour.

 

 

"Le temps panse les blessures", c'est vrai, mais le temps ne guérit jamais, la cicatrice se rouvre et nos coeurs s'écorchent encore souvent. Nous ne sommes que des coupures qui cicatrisent lentement.

 

 

"Il doit être fier de vous", mais de quoi notre fils peut-il être fier ? Notre rôle de parent n'est-il pas de veiller et protéger ? Nous avons faillit à notre rôle et nous ne faisons que survivre à notre enfant; on s'efforce de se reconstruire, tout d'abord parce qu'on est obligé de se tourner vers l'avenir pour ne pas sombrer, et ensuite par choix. Nous avons choisis de vivre la vie plutôt que de la subir, mais il n'y a aucune gloire à en tirer.

 

 

"Il faut tourner la page et avancer", cette phrase me donne la chair et poule et dans la bouche de mon mari c'est une trahison. Pourtant pour lui je suis certaine que cette phrase à un tout autre sens que le mien mais... c'est si dur de tourner une page qu'on ne veut surtout pas oublier et qu'on ne veut taire pour rien au monde. J'ai mon attachement aux dates, aux souvenirs. J'ai ce besoin vital et viscéral de parler, de prononcer encore son prénom. C'est tout ce qu'il me reste de mon enfant, des trésors impalpables qui me ressourcent et me permettent d'avancer. Je ne peux pas tourner la page, je ne peux qu'en écrire de nouvelles à la suite de ce premier chapitre. Notre histoire n'a de sens que si on la lit dans sa globalité. Je ne suis pas née en 2010, mon fils, mon Soleil n'est pas mon premier enfant, je n'ai pas été catapultée dans cette vie sans avoir rien accompli avant.... J'avance oui, mais je ne tourne pas la page, je n'oublierai Jamais !!

Je veux me souvenir de tout.

J'ai parfois besoin de me replonger dans les pires instants pour redécouvrir l'apaisement et retrouver un vrai sens a mon Existence.

 

 

Survivre à Théo est un apprentissage de chaque jour. La sérénité prend du terrain, la culpabilité recule peu mais ressurgit moins souvent. Il reste encore ces dates à apprivoiser, des anniversaires à traverser. Il faut trouver un sens aux événements pour pouvoir y résister. Il faut parfois se résigner à ne plus chercher d'explication et à vivre l'instant à l'état brut. Souvent ça fait mal, souvent je me heurte encore à cette douleur si intense. Elle me surprend toujours par sa force, je la sous-estime sans doute trop, j'ai la naïveté de croire qu'un jour je pourrais y faire face mais c'est seulement une utopie qui m'aide à tenir debout jusqu'au dernier moment.

 

 

J'apprends, je me questionne encore, je me torture surtout mais je tiens à vivre malgré tout chacune de ces dates. Sans lutter, sans tricher, sans me cacher... Seulement avec mon coeur de maman qui peut parfois puiser au loin pour relativiser encore et repartir jusqu'au prochain rendez-vous avec le temps...

 

 

Théo, du haut de tes 5 ans tu devrais certainement me raconter des tas d'histoires. Aujourd'hui je ne peux pas les entendre mais de ton petit nuage tu nous fait vivre un Destin vallonné de beaux et d'inoubliables moments.

Je t'aime mon Bébé, mon Ange,

Joyeux Anniversaire !